"Puisque nous sommes nés, il va bien falloir faire avec." Samuel Beckett

jeudi 29 avril 2010

Meurt beauté

Tu n’es jamais descendu au fond des grandes citernes aux cylindres étincelants. Si étincelants que cela éblouit toutes les lumières.
Tu n’as jamais sondé d’un songe assez délié, d’une pensée suffisamment délivrée, cet abîme où la chute ne se cogne à rien. Où tu reposes à moitié évanoui sur le dos d'une main qui t'aspire dans son élan, l'aile affolée, entraînée, retenue, au dessus des tourbes tombales.
Tu es là : les deux pieds vissés, dévissés, sur les bitumes, les dalles en terrasses, des marbres vulgaires. Et des tempêtes antiques, des fureurs gracieuses, des glacis de charmes, des lames d'élégance, font toutes tes saisons. Les éclats poinçonnant de nature innovée, d'elle-même ou d'ailleurs, t’environnent sans orgueil dans leurs draps aux feuilles tranchantes.
A leurs lentes parades, aux passages aiguisés de leurs vives splendeurs, s'enfle en toi une faim d'en vivre et de bien pire.
C'est du derme tendu sur du souffle trop pur. De l'astre rayonnant d'un continu prodige.
La valse sans verrou d'ellipses couronnées. C'est une chair plus soumise que toute oeuvre à répandre infiniment le grain ensorcelant d'un voeux contre le temps. D'un voeux seulement monnayable d'une mémoire cruelle, ou du portrait maudit de noirceurs absolues et de toute façon absoutes. Lâchement pardonnables.
Tu testes ta larme, sulfure d'entrailles blême, sur le séjour de ces rêves. Ainsi que les sabots de tant d'apocalypses sur un pays couvert de blondeurs sereines.
Car tout est guerre à boire dans ta puanteur pauvre qui ne peux si souvent se repaître que du savoir désertique des morts.
Tu étouffes et d’un coma de pierre resurgit de nouveau ton souffle écorché. Tu sais la toile peinte en opéra céleste en danse oiseleuse en film révélateur en poème sanguin en livre d’altitude.
Et puis l’être vivant presque insupportable.
Et un venin secrété comme contrepoison.
D’une gueule saurienne qui embrouille de sa boue ta bouche vide d'appel vers la cime épinglée, enclose comme un tamis sévère, avaricieux.
D’une écaille gluante à la corne jaunâtre qui court sur ton échine avec des sursauts de dorure pour grimer le reptile.
Jusqu’une connivence derrière un paravent pour glaner la créance usurpée d’une obole éclatante pour un gosier de cailloux peut-être polis.
Tu peux attendre, pêcheur pendu, tourné vers l’autre rive au bord de laquelle s’élèvent incessamment des mausolées impénétrables. Ta carne vieillissante comme un voyage décomposé qui t’aura usé sans jamais te caresser.
Si tu le peux, si tu as su vouloir apprendre à le faire, tu rempliras toi-même les eaux de ce fleuve.
Tu ouvriras sur les territoires de l’horizon les pans du livre où tout est déjà écrit à l’envers des pages et sur la question des autres tu laisseras enfin fondre tes blancheurs muettes.
Rassure-toi, détrompe-toi, tout est déjà dit. Sauf peut-être quelque chose qu’on ne sait pas encore. Tout a été prononcé. Il n’y a qu’un angle sur la circonférence rituelle d’une roue qui puisse te sauver des psaumes. Ou un meurtre que nul n’aurait jamais commis. Quelque amour, de même, que nul n’aurait osé. N’en déplaise aux progéniture divines.
Voilà donc la profondeur où l’œil te perd et où s’établi ton carré de graines sèches.
Le lit de racines et de couvaisons d'où tu commenceras à comprendre la mécanique démarche de temple de ce beau qui ne foule que des tapis de roses. L'ensevelissement d'où ton désir débarrassé de révérence et de dévastation pourra toucher de sa pointe vive, de sa douleur aiguë, le sens de ce drame qui s'ignore.
Tueur, quelque soit, au bout du compte, l'arme choisie.
Une poigne cyclonique attrapant furieuse des brassées de fleurs maléfiques. Une dague d'Alexandrie perforant délicatement la cage d'un tyran odieux. Des mains d’ocres argiles impressionnant leurs paumes des traits de perfections insolublement indemnes.
Il faut que tu sentes, tu sais, cette apesanteur qui résulte de n'être plus ni mort ni vivant. Ni ici ni nulle part. Ni chair ni rien. Ni silence ni rien non plus. Ni espérance ni mémoire ni rien d'autre. Si tu veux un jour voir ce que tu vois. Surtout si ça doit être beau. De beauté. Beauté. Ce qu'il est toujours misérable d'en dire. Imprudent de croire si ça n'en est pas.
Voir d’une vue réalisable.
Voilà, tu arrives à l'orée. Avec ton courage tenu de ceux qui savent qu'on va les fusiller.
Tu n'as plus qu'à laisser faire.
Te laisser descendre au fond des grandes citernes aux cylindres étincelants. Si étincelants que cela éblouit toutes les lumières.
Lancer ton fil d’un songe, d’une pensée, à travers cette abîme où la chute ne se cogne à rien.
Cesser de n’être que le spectateur contingent d’objets dormants dans des chambres closes en toute transparence. Ne plus se satisfaire de soi, une cour superstitieuse de fronts et de poussière.
Il est un temps pour revoir encore passer le héro éblouissant que le courant emporte et dont le souvenir torture des vers faméliques. Et il en est un autre qui maigrit devant nous pendant qu’on l’indiffère en visions pusillanimes.
Il est un temps pour s’adosser au pieds des cariatides en quémandant les miettes des festins mythiques. Et il en est un autre, authentique éternel, qui tombe d’un versant en fuite en nous tendant son fil qui flotte chaque soir dans le même feu comme une mèche souffrante.
Espion des circonvolutions où s’égarent tant de spéculations sur des sentences confortables, sur des peurs appropriées, sur des vestiges réincarnés, sur des prières exsangues, que craindre de s’allonger, marin encordé à son gouvernail, sur le dos de cette main qui plonge son aile lente et folle vers des mondes où peut-être rien n’existe encore.
S’il n’y a rien à redire, et qu’on doit bien essayer, pourtant.
Et si tu entends enfin que la beauté n’a aucun corps.

Aucun commentaire: