"Puisque nous sommes nés, il va bien falloir faire avec." Samuel Beckett

vendredi 18 avril 2008

Onnoyer

Une loi n’est pas costume, ce n’est pas à notre ci-devant et presque célébrissime Grand de la Fontaine des Mots, tout récemment promu, (mais qui doit être en train de se reposer sur ses lauriers, (tout frais encore, (ça sent bon d’ailleurs !))), que nous devons cette concrétion lexicale à laquelle je me mets en devoir d’apporter toute la lumière d’un définitionnement fulgurant, pertinent, inédit, forcément inédit, et dont l’ébouriffante utilité va jaillir sous vos yeux hébétés qui du coup le seront moins par cette lueur d’intelligence qui va en ranimer les pupilles et les iris, ainsi qu’on voit bien rarement faire sur certains média idiot-visuels, si prudents sur l’éveil cérébral de leurs audiences canapéïsées qu’ils s’échinent encore avec application à préférer fournir des programmes directement issus du stock de matières premières qui forment les champs de détritus dans la banlieue Napolitaine, plutôt qu’inspirés des immensités de la beauté vibrante, douloureuse, mais si pleine de vie qui nous entoure, nous environne, pour peu qu’on sache y voir, qu’on sache y entendre, y sentir, y ressentir.
Je dédie modestement cette très longue phrase à la mémoire de Monsieur Pierre, Desproges Pierre, récemment disparu depuis trop longtemps, ça fait à peine vingt ans, et qui ferait bien de réapparaître, parce que bon, ça nous a bien fait rire cette petite escapade, mais si cette absence pratiquement injustifiée se prolonge, la lettre de licenciement n’est pas loin.
Et puis ses fameuses prévisions météorologiques et visionnaires manquent cruellement en ces temps de réchauffement planétaire qui fait tellement rigoler les habitants sub-congelés de certaines pampas bretonnes.
Parmi ces prévisions restées dans toutes les mémoires, sauf les mémoires des sujets qui on eu à la vérifier, rappelons notamment : « Noël au scanner, Pâques au cimetière. »
Si ce n’est donc au GFM que nous devons le mot auquel je vais prêter, et même donner, soyons grand moi aussi, souffle et vie de mon doigt créateur, a qui donc le doit-on, vous intérogeasseriez-vous, si vous n’aviez que ça à faire ?
C’est une très bonne question. Et je vous remercie de ce lavoir posé : et tap, et tap, et tap …
C’est à Greg que nous devons l’irruption de ce mot. Greg, pour les retardataires, vous en trouverez mention dans la rubrique « Chroniques », du côté de novembre 2007, direction Munich, 3me porte au fond à droite.
Donc merci Greg : tu vois quand tu veux !?!!
Bon, il avait mis qu’un seul n, du coup ça faisait onoyer ; j’en ai rajouté un que j’avais en rabe ; ça fait onnoyer : c’est mieux. Vous êtes d’accord avec moi ?!! Parfait ! Allons-y !

Onnoyer : v.i. du 1er groupe. De « on » qui veut dire personne, n’importe qui, tout le monde, ceux-là mais pas les autres, les autres mais pas les uns, tout ce qui n’est pas toi, et qui n’est pas moi non plus, d’ailleurs j’étais avec toi, et puis ça dépend de quoi il est question. Un ami à moi, anglais de son état et œnologue dans ces pratiques professiono-relationnelles, sans doute jaloux de nous à l’instar d’une écrasante majorité des sujets de sa Très Gracieuse Majesté, (qu’il ne faut pas toucher car sinon elle pète), dit de « on » qu’il s’agit d’un prénom malhonnête. Je pouffe. Quand on pense que leur hymne national en est encore à prier qu’un gode shave ce qui couine… Voila un pic d’absurdité qui pourrait leur inspirer un peu plus d’humilité… Enfin …
Et de « noyer » qui, par d’aucun qui s’y adonnent, s’entendra aisément sous la forme intrinsèquement aqueuse de l’onomatopée suivante : « Glou glou », plusieurs fois répétée puis suivie d’un grand silence pendant lequel la surface de l’eau va retrouver son calme charmantement irisé et qu’un certains nombres de poissonidés, s’ils se donnent un peu de mal vont pouvoir faire un vrai repas.
Onnoyer a donc un rapport avec l’usage du pronom « on » ; c’est un verbe qui désigne l’action d’user du « on », au point de ne pas être très loin d’une éventuelle proximité de se rapprocher d’être tout près d’en abuser, et ce à seule fin de noyer en vrac le sujet, le débat, le problème, le but, l’objet, le point crucial, l’interlocuteur, l’interlocutrice, la solution, un propos gênant, voire l’éléphant, le phacochère, le ragondin, et même le poisson.
Plus courageusement l’action d’onnoyer consiste à chercher, avec la plus ordinaire et tranquille pusillanimité dont nos quotidiens se coussinent avec lascivité dans l’indolence de l’implication la moins engageante, à ne pas faire de vagues. Surtout si on, justement, ne sait pas nager. Vaut mieux que ce soit le poisson qui se noie.
Soyons juste, ça nous changera du programme politique de Madame la Gardeuse de Sceaux à Champagne, alias Rachidati, « on » peut aussi servir quant il n’y a personne d’autre aux alentours. Que tout le monde est parti. Que t’es tout seul. Ou que t’as pas envie de mêler trop précisément qui que ce soit à tes p’tits délires cérébronanistes, t’as assez d’ennuis comme ça avec la police … Pas besoin d’en rajouter avec des procès en diffamation.
Le « on » joue ainsi un rôle dissimulateur propre à désigner quelqu’un, sans qu’il puisse dire que c’est de lui qu’on cause, même s’il en est sur, il peut pas le prouver : malin hein ?!?

Quelle heure est-il ? Ah bah juste le temps de quelques illustrations avant la récré !

Chronique des très riches heures de On : lors qu’on sentait poindre à l’horizon des prochaines semaines une théorie de manifestations anniversatoires de nature à fêter dignement la première année qu’on venait de passer à la tête de l’Etat, en tant que majordome du Medef, on était en proie à quelques doutes avec autant de connaissance de cet exercice salutaire, que si on avait été une poule ayant trouvé une aiguille à fricoter. Avisant, dans cette perplexité de têtard agité au fond de son bocal en cristal de Baquara, une incertaine préposée gouvernementesque chargée du droit de dire du mal des dictatures sans entraver les saines occupations des hommes d’affaires de par la sainte loi universelle et divine du Marché, on lui tint à peu près ce langage :
- On est dans le doute.
- Qui ça ? S’enquit la préposée.
- Bah d’après vous de qui je parle ?
- De vous ? Ah ! Il est dans le doute !
- Oui. Le doute l’habite.
- Des problème avec elle ?
- Avec qui ?
- Ben sa meuf !
- Eh ! Tu parles meilleur de Carla ! Sinon j’te vire !
- Ben on se débrouille tout seul alors ! Salut ! Répliqua finalement la préposée dans un grand élan de témérité qu’on ne soupçonnait guère chez cette pourfendeuse à plumeau de Raïs Lybien.
- C’est ça ! On s’casse ! Connasse ! Lui lança-t-on.
Et la ravissante et décorative droit de l’hommienne s’en fut illico, assenant au passage un grand coup de déclaration universelle version 1948 sur la tête de Rachidati qui était en train d’écouter à la porte. A l’heure qu’il est la Gardeuse des Sceaux à Champagne est encore en train de s’en remettre doucement entre une coupe de Mumm et un toast de caviar dans les salons de chez Dior.

On avait chanté tout l’été. On n’avait pas mis un flesh à gauche pour la morte saison. Et donc on se trouva grave dépourvue quand la bise fut viendue. On alla voir du côté de chez une hyménoptère besogneuse qu’on avait pour voisine. On la trouva fort occupée à finir de planter des épingles dans une poupée en chiffon à l’effigie d’une certaine Martine Aubry. On lui causa de ces p’tits problèmes, du pouvoir du chat*, de la hausse du pétrole, etc … On s’extasia de ce que l’intérieur de la dite voisine était fort bien tenu, et on admira le bel écran plasma qui trônait au milieu du salon. Mais nada quant à lui arracher le moindre fifrelin en jurant tout ce qu’on pouvait qu’on lui rembourserait tout, intérêt et capital, car on avait signé un engagement à l’Olympia pour le mois d’avril. On s’entendit carrément répondre que bon, tout ça c’était bien joli, on chantait, la la li, la la la, on faisait son intéressante, on tapait sa frime à travers toute la prairie, mais est-ce qu’on savait danser ? On répondit que non, qu’on était chanteuse, pas danseuse. Et on s’entendit répondre : « Bah tâchez de vous y mettre ! Ca vous réchauffera ! »
Démonstration évidente du talent largement surévalué d’un fabuliste à froufrous du siècle de Loulou XIV. Allez vous en savoir de qui il est question dans cette historiette…

« On s’autorise à penser, dans les milieu autorisés … » Ca vous rappelle quelque chose ? c’est le « on » de l’info. On va vous expliquer ce qu’on peut en déduire. On va vous dire ce qu’il faut en conclure : vu qu’on doit être trop atteint de débilité pour déduire ou pour conclure soi-même. C’est le « on » des gens. Les gens croient que l’argent ça se trouve dans les poches des pognardeux** : on se trompe : il est plus facile à trouver dans celles des autres ! On ne s’interdit pas d’envisager le pire. On serait en passe d’aboutir à un accord. On évalue le commencement de la baisse du début de l’augmentation à environ pas plus ; mais c’est déjà ça et on peut le prendre pour un signe d’encouragement à ce qu’on poursuive dans cette direction.
Sans oublier les commentaires logiques des « on » qui mimétisent. Mon must en la matière c’est l’incontournable : « Ben j’vas vous Mââme Duglandion, quand on voit c’qu’on voit et qu’on entend c’qu’on entend, bah on a ben raison d’penser c’qu’on pense. »
C’est imparable.
Terminons avec cette réplique presque salvatrice au sujet des « on » qui disent ceci ou cela, avec une bienveillance convivialement baveuse, sur le compte d’autrui : « C’est on qui dit ça ? Bah vous direz à on qu’c’est un con ! »

* Cf chronique exhaustive sur ce sujet en date d'il y a pas longtemps.
** Cf entrée correspondante dans ce dictionnaire uni vers celles mais on sait pas qui.

4 commentaires:

anaonyme a. a dit…

On est avis que c'est là une jolie trouvaille. Qui doit-on remercier, Greg, vous ?
T. aka GFM

Thy Wanek a dit…

Greg tout d'abord qui fit usage de ce curieux montage de lettres lors d'un échange de communications électroniques au cours duquel je m'adonnai à un usage abondant de "on".
Et moi, qui sautai sur l'occasion et cueillis immédiatement l'objet ainsi éclos, tout prêt à être académisé.

T.

anonyme a. a dit…

Il y a des lapsus révélateurs !
T.

Thy Wanek a dit…

Peut-être ... Révélateur ... Pas sur : en l'occurence.
Il ne faut sans doute pas tout prendre au pied... de la lettre. Nous avons assez pris l'habitude de jouer.