"Puisque nous sommes nés, il va bien falloir faire avec." Samuel Beckett

vendredi 4 janvier 2008

Bec et Griffes !

Dans l’esprit de remettre un peu d’ordre dans la langue, ceci n’incluant en aucune façon quelque usage privatif qu’on aurait le goût de pratiquer plus ou moins en silence, grâce à cet organe appendiçaire logeant le plus souvent dans sa propre bouche et parfois dans celle de quelqu’un d’autre, je veux revenir séant sur une expression qui me semble n’avoir ni queue ni tête (…). Il s’agit de l’expression « bec et ongles ».
Dans ce grand projet, par ailleurs émanation probable de la partie structurelle de ma complexion mentale la plus obstinément obsessionnelle bien qu’après de longue année de soins intensifs je trouve que l’équilibre que cela forme avec mon hystéro-maniaquerie ne manque pas de pouvoir en subjuguer plus d’un, (y’a qu’à voir les digressions …), dans ce grand projet donc, il me parait nécessaire, voire utile, et pourquoi pas salutaire, de ne pas laisser plus longtemps les djeuns perturbés par l’idée qu’on aurait à la fois un bec et des ongles et que tout irai ainsi dans le meilleur des mondes.
Sauf contradiction qu’on voudra bien m’opposer avec argumentation à l’appui, (car il arrive souvent que la vérité sorte de l’appui), on a soit un bec et des griffes, soit une bouche et des ongles.
Je passe d’entrée de jeu, (pour ne pas dire de je), sur les controverses inextricables qui occupent les taxonomistes, qui apparemment n’on pas grand-chose d’autre à faire, sur les ordres animaux qui se dispersent en maintes catégories et sous catégorie d’ongulés divers : on finit par y retrouver l’hippopotame et la baleine, c’est vous dire …
De toute façon quelques soient ces ongulés, ils n’ont pas de bec. Des prises de bec, peut-être, et encore, au moment du rut, sinon en général ça va.
Et puis le but ici, n’est certes pas de faire œuvre scientifique. Manquerait plus que ça. Pourquoi pas être de bonne foi pendant qu’on y est !?!
Mais franchement, bec et ongles… Ca fait bisou et manucure. Alors qu’on est censé se battre bec et ongles, se disputer bec et ongles, se défendre bec et ongles. Il n’est pas là, précisément, question de prendre le thé, de parler chiffon, ou de débattre des mérites, (si on peut dire), comparés d’une glapisseuse de niaiseries barbeliviennes et d’une sirupeuse de glucoseries néo r&b.
Essayer donc au lieu du consensuel, (…), bec et ongles, de vous battre bec et griffes ! Hein ! Ca vous a tout de suite un peu plus de gueule non ?!?
Bec et ongles, j’imagine tout de suite l’abonnée choucroutée de mauve du salon de coiffure d’un dindon embagousé qui vous menace d’un grand coup de Pouri-Match si vous dites du mal de la Queen d’Angleterre, (vous savez celle qui nous avait parlé un jour de son problème d’annus horibilis.)
Bec et griffes, je sais pas pour vous, (selon votre état de rescapés hébétés de cette lourde période de baffreries multiples), mais je vois déjà le rapace qui fond. Pas comme du chocolat, non. Arrêtez un peu avec le chocolat… Non, le rapace qui fond sur vous, et vous sentez, rien qu’à l’air que ça déplace, que vous n’auriez pas dû dire ça. (Dire quoi – Rien on s’en fout, c’était juste un exemple abstrait). Et vous vous souvenez soudainement qu’une très bonne copine vous a récemment parlé d’un très bon chirurgien esthétique, ça tombe bien, ça va sûrement être utile.
Bec et ongles : ça fait hou la la la la, ça va m’écorcher le fond de teint…
Bec et griffes : ça fait plutôt… « ‘tin j’ai pas de photo récente, y vont pas savoir comment m’recoudre. »
Bec et ongles, ça fait diva télévangélique à la rose qui fait grosse colère dans un débat présidentiel contre un névropathe à ray-ban.
Bec et griffes, ça fait mama mal logée qu’on vire de la rue de la Banque, et qui revient le lendemain, et qu’on re-vire le soir, et qui re-revient le matin, et qui dit dans le micro qu’on lui tend, qu’elle mourra là mais qu’elle ne cédera pas.
Bec et ongles, ça fait : « Ah ! Je ris de me voir Grenelle en ce tiroir ! »
Bec et griffes, ça serait : « Le premier 4x4 que je vois dans les rues de la ville j’en fais une lampe de chevet ! »
Bec et ongles, ça fait : « Si tu consensus pas tu vas avoir une fessée ! »
Bec et griffes, c’est plutôt : « Tu sais où tu peux te le mettre ton consensus ? »
Bec et ongles, j’entends « Mêêêêh ! », « Mêêêh toi-même !»
Bec et griffes, ça serait « Mêêêêh ! », « Y’a pas de mais ! »

Donc je vous souhaite à toutes et à tous une belle année bec et griffes : on va en avoir drôlement besoin. Ce qui n’exclut pas que vous vous gobergiez par ailleurs dans l’amour, la félicité, la douceur, l’intelligence, le stupre, les pétales de roses, et assez de pognon pour pas avoir à voler ce qui n’est pas bien, ni à mendier ce qui est pire.

Aucun commentaire: