"Puisque nous sommes nés, il va bien falloir faire avec." Samuel Beckett

mardi 23 octobre 2007

G 5

Scruter l’accroc comme perpétuel du monde
Enclos dans le verre lisse et luisant des yeux
Et m’étonner de toi
M’étonner de tes yeux
Des yeux de ton vouloir
Des yeux de ton futur
Ainsi que s’étonnait mon animal furieux
Dans l’enclave lucide
D’une jeunesse froide
Où mon regard armé
Sans épaules et sans poings
S’inquiétant de ce qui ne serait pas sérieux
Cherchait l’accroc ardent d’une éternelle fronde.

Aucun commentaire: