"Puisque nous sommes nés, il va bien falloir faire avec." Samuel Beckett

mardi 23 octobre 2007

G 14

Un bain de ronces
Sous une pluie d’été
Parmi les tâches noires
Des mures au jus sucrés

C’est la treizième année
Et toute la pudeur
Assiège ton cœur nu.

Tu cueilles la folie
Sous ses airs innocents.

Tu guettes la raison
Qui fait semblant de rien.

C’est la treizième année
Et toute la stupeur
Grave ton cœur ouvert.

Le jus sucré des mures
Forme des taches noires
Sous la lourde pluie chaude
Qui baigne les ronciers.

Aucun commentaire: